Ils achètent de faux pass sanitaires inutilisables, les hackers leurs demandent plus d’argent sous peine de les dénoncer